UN CHATEAU SAMOURAI

Posté par jj19410 le 10 décembre 2008

Une de mes premières armées fut les samourai de chez Dixon. les perry n’existaient pas à l’époque, je précise. Un bonheur fou à peindre ces japonais multicolores.

Des recherches énormes pour retrouver les Môn (héraldique) des seigneurs de l’époque.

Quoi de plus normal que de créer un décor à la hauteur ? Un gros projet avec un chateau cosntruit dans mon appartement de 32m2 (merci Hèlene) Celui a effectué sa première sortie à la coupe d’europe, salle de la roquette, organisée par les Grandes cies de l’est parisien.

D’ailleurs, je profite de cette occasion pour saluer Laurent Claussman, grand manitou du jeu d’histoire.

samourai2.jpg     coupedeuropelaroquette2.jpg

Le donjon est entièrement construit en carton et balsa. Chaque étage se soulève et l’on peut en examiner l’intérieur. Le RDC est reservé aux gardes tandis que le niveau supérieur comprend un salon individuel avec des parois peintes et on peut faire coulisser les portes. (puisque je vous le dis !) Attention toutefois , il n’y a pas d’ascenseur et il faudra emprunter les escaliers.

samourai1.jpg   trophee51.jpg

Mes figurines sont contrairement à la généralité inspirées non pas de nagashino ou de Sekigahara mais des clans qui ont combattu aux batailles de Kawanakajima. Ces affrontements opposaient les troupes du seigneur Takeda Shingen à Uesugi Kenshin. Beau et spectaculaire. La photo ci-dessous illustre une des ces batailles.

kawanakajima.jpg

JUIN 2017

2017 , l’année de mon second voyage au japon et j’ai pu achever plusieurs visites de châteaux sur place sauf celui de Kumamoto qui a beaucoup souffert du dernier tremblement de terre.

Donc un gros travail de rénovation et de mise à jour du château.
Refonte totale du socle sur une base de 120 x80.
Rajout de plusieurs murs, tours et portes.
Tout cela découlant de mes observations sur le net et surtout sur place.

Une fois n’est pas coutume, je vais apporter ma petite pierre à l’édifice coté décor.

Après 2 voyages très instructifs au pays du soleil levant, j’ai décidé de remettre au goût du jour mon château japonais.

Celui-ci traine dans mes cartons depuis plusieurs années, sa création et sa première apparition remontant à bien longtemps avec une mémoire photographique dans le Vae victis numéro 1 de 1995.

 

Je dois avouer qu’à l’époque, même s’il était méritant d’avoir échafaudé un tel projet dans ma cuisine et mon appartement de 32m2, le résultat s’avérait fortement spectaculaire mais bien déficient sur plusieurs aspects des constructions nippones.

Depuis cette date, ma passion pour cette époque ne s’est pas tarie. J’ai pu goûter de la pratique du sabre, user et abuser de nourriture locale, porter le hakama, faire 2 voyages en 2013 et 2017 sur place pour admirer la réalisation de ces édifices dont certains ont eu la chance de passer au travers des bombardements américains dont chacun sait qu’ils ne sont pas subtils loin s’en faut.

En ressortant mon château des cartons, j’ai donc pu mesurer avec effroi les erreurs multiples commises au nom de la jouabilité mais aussi par manque du temps nécessaire à un peaufinage pourtant bien essentiel quand l’on connait le caractère des japonais et leur volonté à développer la perfection.

Je reste modeste, mais j’ai donc entrepris de rénover ce château, augmenter le nombre de bâtiments, créer les portes qui manquaient à la version 1995, recréer un cheminement propre à ce type de constructions.

Le défi de ce genre de travail est bien de coller le plus possible à la réalité mais en conservant une capacité ludique et surtout en restant dans des proportions exagérées qui rendent le projet intransportable.

Le premier compromis a été de renoncer à refaire strictement un château existant ce qui limite ensuite dans l’usage.

Le second impératif est de rentrer dans une dimension de 120×80 hors tout.

La dernière obligation était de réutiliser au moins les deux donjons principaux qui à eux seuls, avaient réclamé presque la moitié du temps du projet de 1995. (Ci-dessous photos de cette époque : élaboration et résultat final.)

J’ai donc décidé de me baser fortement sur le schéma du château actuel de Matsuyama qui présente un aspect couleur moitié bois, moitié plâtre blanc très joli et collant parfaitement avec mes donjons existants. De plus, ce château présente un dédale très caractéristique de l’époque. J’ai donc repris fortement la base de ce château que j’ai condensé et j’y ai rajouté le merveilleux et très original pont d’entrée du château de Hikone que ‘l’on voit dans la série « Shogun ».

D’ailleurs, pour ceux qui auront la chance d’aller sur place, je conseille fortement la visiter de ces deux châteaux en plus  de ceux de Matsumoto et Himeji. Les musées de Hikone et Himeji valant aussi le détour. (Hikone pour ses armures, son appartement et son jardin magique, Himeji pour ses maquettes de château)

Coté réalisation, j’ai repris strictement la méthode de 1995 pour la réalisation des bâtiments à savoir un assemblage de carton fort recouvert de balsa et de bois.

trophée alexandre 1995

 

J’ai laissé tomber la base de 1995 pour utiliser 2 plaques de polystyrène de 80×60. Il faut penser au transport donc tous les éléments bâtiments et murs sont escamotables. Coté jouabilité c’est pratique aussi.

Le précédent château occupait 60×80 en tout, c’est donc un doublement de la surface totale.

Il n’y avait que 4 bâtiments en 1995 alors qu’ici il y aura environ 12 bâtiments et 5 portes successives.

Voilà à quoi cela devrait ressembler à la fin du projet.

projet en 3d

 

Les bâtiments sont tous démontables et accessibles dans leur intérieur par le toit pour manipuler des figurines le cas échéant. Les escaliers sont présents mais n’ont pas d’autre utilité qu’esthétique car il y a un vrai casus belli entre jouabilité et réalisme que je n’ai pas décidé de trancher totalement.

 

Côté ludique, il faut adapter les règles très spécifiquement pour proposer un défi ludique et intégrant une série de scénarii proposant des défis autres qu’un seul jet de dé aléatoire.

En tout cas, ce projet s’avère véritablement passionnant et je suis heureux d’avoir à nouveau l’occasion de travailler dessus.

Si tout va bien, j’espère être en mesure de proposer une table pour le trophée Alexandre de novembre 2017.  Un retour aux sources en quelque sorte.

 

Ci-dessus, le plan final des murs et bâtiments. J’ai décalé le donjon en coin pour rentrer dans le dimensionnement prévu. Un donjon central était trop consommateur de place et il m’aurait fallu une table de 180×200.

 

plan 2017 avec batiments

JUILLET 2017 : le renketsushiki.

Le grand donjon (sotogata) aura un accès par un couloir en coin. Cette disposition est nommée Renketsushiki. (bâtiment C1)

Usuellement ce renketsushiki sert à relier le donjon à d’autres bâtiments plus petits appelés Yagura.

Ici, j’ai cherché à me rapprocher de celui du château de Matsuyama et j’ai rajouté deux petites tours supérieures. Ces tours auront un toit à 4 pentes (Irimoya) alors que le toit de l’étage inférieur sera à 2 pans (kirimuza).

On aperçoit l’entrée centrale à laquelle on accède par un escalier de côté. Ci-dessous, une maquette de Matsuyama avec son renketsushiki dans l’encadré.

maquette matsuyama 1   vue réelle matsuyama  renketsushiki

 

Le mien accèdera au donjon en sa partie centrale puisque l’entrée existe déjà à cet endroit.

Ce couloir ne sera pas relié au donjon annexe (borogata ou tour de guet).

WP_20170709_006

 

Comme on le voit sur les tourelles, je n’ai pas prévu de pignon ce qui constitue une erreur qu’il faut que je répare rapidement en décalant les fenêtres de part et d’autres.

Ce pignon sera totalement factice car faire autrement revenait à remettre en cause tout le système de construction pour coller à une réalité souvent rencontrée dans les châteaux japonais :

le niveau intérieur ne correspond pas forcément au niveau visible depuis l’extérieur. J’ai repoussé cette réalité, encore une fois essentiellement pour des raisons ludiques.

Le donjon du château de Himeji comporte même plus d’étages intérieurs que le nombre visible depuis l’extérieur. Un plan japonais n’est jamais simple, c’est bien connu.

Ici on aperçoit le mélange carton / bois avec un début de boiseries basses sur l’étage inférieur et la pose des poutrelles supportant le toit intermédiaire qui lie l’étage bas avec les tourelles.

Ces pans de toit sont fixes alors que les toits à 2 pans situés au-dessus des couloirs sont amovibles pour ménager un accès à l’intérieur.

Le toit de couloir qui relie au donjon principal aura une pente finale pour permettre de  relier l’ensemble couloir à un édifice déjà construit et non modifiable. Un peu comme les constructeurs de l’époque je m’adapte puisque les constructions se succèdent au fil des années.

juillet 2017

Ci-dessus l’escalier interne qui permet d’accéder à la tourelle. En face de l’escalier, un mur plein qui s’impose compte tenu de l’échelle de la maquette. Compromis oblige. Il y a une petite difficulté dans la gestion des pentes de toit pour que tout s’aligne correctement.

WP_20170709_003    WP_20170709_007

les tours sont toujours réalisées d’abord en carton et assemblées. Une grande partie des surfaces est ensuite recouverte par du balsa.

L’aspect mixte bois et plâtre blanc est typique de celui que l’on retrouve à Matsuyama. Un des châteaux les plus intéressants du Japon avec celui d’Himeji et celui de Matsumoto.

Toutes les ouvertures sont renforcées par des tiges de balsa / bois. je prévois toujours un accès par le toit.

Sur cet élément précis qui sert couloir d’accès au donjon principal, il y a 2 petites tourelles qui compliquent le travail et il faut s’adapter au donjon actuel.

WP_20170709_004

ci-dessus on voit bien l’escalier qui permet d’accéder à la tourelle et le début de travail des pentes du toit.

WP_20170709_005   WP_20170709_006

La difficulté réside aussi dans le fait qu’il n’y a pas de notion parallèle entre les deux tourelles.

De plus, il faut trouver un équilibre triple entre réalisme, capacité ludique et échelle rendue.

- réalisme pour coller à la réalité au maximum

- capacité ludique pour ménager des accès et des espaces suffisants pour les figurines.

- échelle gérable car un château comme Himeji prendrait une salle complète, donc il faut raison garder.

On commence à apercevoir quelques détails de finition avec la pose des boiseries extérieures.

Carton, colle à bois, bois, balsa, cutter et beaucoup de patience…

Là les deux tourelles sont placées. depuis cette photo, j’ai déjà modifié les murs des tourelles car elles ne tenaient pas compte des toits des couloirs et j’ai du supprimer quelques fenêtres…

WP_20170719_003

voilà fin juillet l’avancement du projet

WP_20170905_004

Le travail sur la toiture a bien avancé en ce mois d’août.

WP_20170905_003

Voilà début septembre, tous les bâtiments sont terminés (8 bâtiments supplémentaires) et toutes les toitures sont bien avancées en phase 1.

J’ai utilisé des baguettes de brochettes en bois bambou que j’ai recoupés et collées une par une.

En tout cela devrait faire 200 baguettes de 30 cm recoupées.

Avant de passer à la phase 2 des toitures, je vais travailler sur les murs qui eux aussi auront leur petite bande de toiture.

Le travail sur les murs consiste à les tailler à bonne dimension – heureusement je vais pouvoir réutiliser tous les  anciens murs -

après je devrai refaire tous les toits en phase 1.

Puis je pourrai passer à la phase 2 qui consiste à poser le polyfilla pour rendre homogènes les toitures.

voilà qui prend forme

WP_20170905_003

ci-dessous le polyfilla est appliqué en grande partie

WP_20170927_001

ci dessous la préparation des chevilles pour la fixation des murs. Ceux-ci doivent pouvoir se retirer et se reposer à volonté sans abimer le support.

j’ai opté pour des baguettes de bois.

WP_20170927_007

je suis ensuite passé à la fabrication des portes. les portes s’ouvrent se ferment à volonté grâce aux petites charnières de 1.5 cm

(mr bricolage)

WP_20170927_008

voilà la porte posée

WP_20170927_001

Encore quelques barreaux aux fenêtres et volets et puis je pourrai passer au crépi.

Celui ci sera indispensable pour solidifier l’ensemble d’une part et rendre le support adhérent d’autre part.

Septembre 2017

Et me voilà à l’étape de la mise en couleur des nouveaux bâtiments.

je sais que je vais devoir reprendre quelques anciens éléments  pour coordonner les couleurs.

Evidemment je n’ai pas retrouvé le bon vernis pour  le bois donc couleur peinture en terre de sienne brulée.

c’est moins bien mais pas le choix

WP_20171006_005

 

WP_20171006_003

ça commence à avoir de l’allure.

WP_20171006_001

 

Nous sommes début octobre 2017

la peinture des bâtiments a bien avancé et je me lance à recouvrir d’une couche de crépi le support. Le crépi blanc a été teinté avec de l’acrylique noir et marron pour foncer le revêtement.

WP_20171008_027

j’en ai profité  pour agrandir des montagnes existantes qui serviront à coté du château et donneront un aspect thématique à l’ensemble.

WP_20171008_028

C’est le moment de travailler sur les remparts et là je travaille avec un  cadre métal de pinceau que j’ai formé en rectangle. j’applique d’abord la terre puis je frappe légèrement pour imprimer la pierre. le résultat est plutôt sympa.

WP_20171011_013

Là il y a beaucoup de surface… et plus qu’un mois de délai.

 

Et voilà arrivée la date de première sortie du château.

Tout n’est pas prêt : A commencer par les poissons porte bonheur sensés lutter contre les incendies et situés au sommet des donjons.  Les fameux kinshachi.

J’ai apporté le décor complet en renonçant également aux plateaux de rizières, au temple et aux combats dans le village. Heureusement que la pièce principale est prête.

Le comble c’est que je n‘ai pas encore vu moi-même le château monté complet faute de place. Y aura-t-il un imprévu de dernière minute ?

Au moment du chargement effroi, il n’y a plus une once de place dans la voiture. Les décors sont imposants.

 

Arrivée vendredi soir chez Francis. Fast food indien et le lendemain matin nous voilà à pied d’œuvre vers 6h30. Départ et longue route vers Aulnay-sous-bois. Le déchargement est long et les joueurs sont là assez tôt. Mince, je ne suis pas prêt.

J’ai bâti un scénario opposant les Takeda aux Uesugi. Je suis resté sur cette période située en plein sengoku jidaï. A cette occasion, j’ai passé& plus de 10 jours à revoir les sashimono des opposants pour limiter les deux opposants à 4 clans chacun.

WP_20171118_035

Ceci permettra de jouer les figurines en Swordpoint ou Hail Caesar alors qu’aujourd’hui c’est impossible.

Quelques hésitations sur la règle DBA et voilà le scénario en route. La petite règle sur l’assaut ninja surprend mais elle roule plutôt pas mal. Patrick est le défenseur et fait un départ catastrophe loupant d’innombrables occasions de tuer des ninjas. Cela va mal et je dois dépêcher des renforts de 3 figurines chez les défenseurs.  Ca va mal. Je prends les choses en main et sur un tour je tue 3 ninjas d’un seul coup. La chance va-t-elle tourner ?

WP_20171118_015               WP_20171118_016

Que nenni, les ninjas se reprennent et finissent par tuer le seigneur dès leur arrivée au sommet du donjon.

Pendant ce temps, les secours n’ont pu forcer les attaquants et n’ont pu libérer le fils du seigneur Uesugi. La victoire des Takeda est totale.

WP_20171118_045 WP_20171118_041

Laurent et Francis jouaient les Takeda.

Même si la règle est bondée de rebondissements improbables, DBA a montré ses limites et je sais qu’il me faudra désormais trouver une autre règle pour animer la table.

Hail Caesar et Sworpoint tiennent la corde pour cela. J’ai passé 1 semaine à tout baser pour DBA et je vais devoir recommencer. Peu importe car j’ai retrouvé plus de 100 figurines Dixon dans mes cartons et je pourrais aligner plus de 600 figurines la prochaine fois.

J’ai pour idée de rajouter un maku (enclos de seigneur de guerre). Je n’en ai pas terminé avec cette période.

Coté armées, un gros travail de soclage et de rénovation, plus quelques figurines en plus.

 

UESUGI KENSHIN UESUGI KENSHIN

takeda shingen TAKEDA SHINGEN

KOSAKA MASANOBU Le clan de KOSAKA MASANOBU vassal de TAKEDA

obu toramasa Le clan de OBU TORAMASA vassal de TAKEDA

CLANS NAKAJO ET SAMPONJI Les clans NAKAJO ET SAMPONJI vassaux de UESUGI

UESUGI CLAN Le clan UESUGI

C’est 3 clansdans la boite…

ajout des shachihoko sur les toits. Ca pète !

P1070430

et les nouvelles plaques décor.

P1070437

bon voilà la convention du kremlin bicêtre et l’occasion de tout mettre sur une table

En l’occurrence une table de 300 x 180

34306514_10155827745138878_5049263342447755264_n

34383957_2091518684425993_7265991750273990656_o

34120407_10155827745023878_8767046394608353280_n 34306514_10155827745138878_5049263342447755264_n

34211588_10155827745578878_4546013790923128832_n 34054260_10155827745908878_3252646645283684352_n

je suis plutôt satisfait du rendu des rizières

Bon restent à faire les maisons du village et un temple.

 

 

 

 

 

 

Publié dans PROJET SAMOURAI | 4 Commentaires »

Pourquoi un blog ?

Posté par jj19410 le 5 décembre 2008

le développement de la communication via internet m’oblige à m’adapter. Je me situe dans une génération charnière, ni à l’aise ni complètement perdu dans le bazar incommensurable du net.

J’habite dans une région (la Corrèze) sympathique mais isolée, l’usage d’internet s’est imposé au fil du temps. Voilà plus de 20 années que ma passion pour la figurine de jeu occupe l’essentiel de mes loisirs.

Ce blog est donc destiné à faire connaître autour de moi, le contenu de mes activités ludiques mais également donner un accès privilégié à des souvenirs, à des travaux et donner envie aux visiteurs de succomber au charme de cette activité souvent méconnue : le jeu d’histoire 

 grognards.jpg

Le jeu d’histoire est une activité qui permet d’allier 3 aspects différents entre eux. L’histoire, le jeu et la figurine. Remontant à la haute antiquité, relancé par le krigspiel des prussiens, le jeu d’histoire constitue un loisir complet et enrichissant. 

La majorité des figurines est produite en Grande Bretagne ou la passion de l’histoire militaire et le hobby sont plus développés qu’en France. Il existe une multitude de règles de jeu différentes et 3 échelles de figurines principales. Le 6mm, le 15mm et le 25mm. Les recherches, la peinture et l’étude des règles réclament beaucoup de temps et d’efforts mais la récompense au bout du chemin est souvent à la hauteur des ambitions.

 

 

Publié dans INTRODUCTION | 27 Commentaires »

changement de genre

Posté par jj19410 le 4 mars 2013

tout arrive,

 

changement de genre equipe-300x157

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

JOURNEE MONDIALE DU JEU DEMO NPOW 2011

Posté par jj19410 le 29 mai 2011

Et nous voilà en mai 2011 à Brive pour une démo 1er empire avec la règle principles of war.  Peu de visiteurs mais la plupart sont impressionés par la présentation.  Je constate que l’histoire est bien encore présente chez certains. Je ne parle pas de la dernière génération, bien sûr, curieuse certes mais complètement inculte.  Notre pays s’appauvrit culturellement.   

Gilles est mon acolyte habituel et au hasard, il tire le rôle du français. Le scénario est du type campagne de 1809. Les français attaquent avec 3 divisions de ligne. Les autrichiens possèdent 2 corps à 2 divisions et une réserve de grenadiers. 3 régiments de cuirassiers de chaque coté.

Du coté français l’empereur est présent ainsi que Lasalle qui arrive du diable avec une brigade légère !

001.jpg             002.jpg

Ci dessus la vue générale du plateau de jeu. Environ 360×160. 850 figurines. les décors de maisons sont de la marque Hovel comme d’habitude.  Les figurines sont toutes Wargames Foundry sauf les troupes à pied de la vieille garde qui sont des Front RANK. La règle du jeu est Principle of war.

Après avoir franchi un pont ils doivent se déployer et repousser les autrichiens. De leur coté les autrichiens vont essayer de profiter de  leur surnombre provisoire pour repousser fortement l’ennemi.

005.jpg             003.jpg

Ci dessus la première divison française qui a franchi le pont et qui constitue l’aile droite française.

006.jpg             008.jpg

Les français passent le pont.  La photo ci-dessus de droite présente l’ailde droite autrichienne.

010.jpg

 Mû par un désir de repousser les français rapidement, l’archiduc décide finalement d’attaquer avec son aile droite.

014.jpg     026.jpg     039.jpg

Gilles reste dubitatif car il trouve l’autrichien bien agressif. Pour ma part, je trouve que mes mouvements sont bien lents. Les dés à 4 faces n’arrangent guère mes tentatives pour foncer sur les français.

 038.jpg     042.jpg    

Ci-dessus à gauche, la pointe centrale française qui sort du village. On voit sur la photo de droite les cuirassiers autrichiens qui avancent vers la colline tenue par les français.

 028.jpg      036.jpg 

Une divison de grenadiers suit les cuirassiers. Je décide de profiter que l’infanterie française n’est pas en carré pour attaquer brutalement avec les cuirassiers. Ceci sans attendre les grenadiers qui avancent lentement. Leur général me sort 2 fois 1 au dé pour bouger. Dur, dur.

 0391.jpg

Pour résumer mon attaque de cavalerie avec les cuirassiers a été repoussée. Mes uhlans sur le flanc gauche ont été héroiques mais l’infanterie a craqué au moral et n’a pas pu les soutenir efficacemment. Comme d’habitude, coordonenr les différentes armes constitue la clef du succès mais je n’ai pas été performant.

Concernant mon attaque sur le flanc droit, j’ai réussi à bloquer l’avance française mais à l’usure et surtout grâce à l’arrivée de la cavalerie de la garde, j’ai perdu une division dans le même tour. Ce n’est pas mon régiment de chevaux légers qui pouvait endiguer les assauts français vu qu’il avait donné en début de partie et était usé.

Il ne me restait que 2 régiments de milice pour tenir le flanc droit. C’est pour dire… Je pouvais envisager de débloquer une division qui était resté en réserve grâce à un mouvement stratégique. Mais à ce moment, plus de réserve alors que la cavalerie légère de Lassalle pointait son nez et que 3 gros régiments de cuirassiers suivaient … droit sur mes grenadiers.

Oups, l’histoire se répète. L’autrichien demeure impuissant.

  044.jpg

 

 

 

Publié dans DEMO NPOW 2011 | 2 Commentaires »

PROJET 1815

Posté par jj19410 le 30 janvier 2011

5ème rgt 1er bataillon

 

 

 

et voilà un nouveau projet avec les figurines Perry.

Ceci en complément du projet de jean pierre qui fera le  2ème corps de Reille et celui de Milhaud.

Pour ma part, j’ai finalement laissé tomber le 1er corps de Drouet d’Erlon pour me reporter sur le corps de Mouton Comte de Lobau.

Pourquoi ? parce qu’il n’y a que 2 divisions et que cela me permettra de faire plus rapidement des anglais et des prussiens.

Je compte sur mes nombreux collègues pour le reste…

voici les premières photos de l’infanterie française qui sera suivie de l’artillerie.

ensuite j’envisage la division Subervie avec 2 lanciers et 1 rgt de chasseurs à cheval. Et quelques cuirassiers… bien sur.

quelques images :

033.jpg

037.jpg

023.jpg

La 19ème division en travaux

040.jpg

Publié dans Projet 1815 | Pas de Commentaire »

1870 partie du 03 janvier 2009

Posté par jj19410 le 7 janvier 2009

Quand la garde impériale donne.

Voici donc une nouvelle partie chez Jean pierre en Corréze. Un petit nouveau avec l’arrivée d’un second Jean pierre. (voilà une année qui commence…)

Nous voilà donc 6 joueurs réunis. 3 de chaque coté, un scénario proposé par notre hôte. Les français doivent établir leur jonction et bouter les prussiens. Les prussiens doivent empécher cela evidemment.

 img3439.jpg  img3413.jpg

Du coté prussien Jean-pierre est à la baguette.

La table est magnifique comme d’habitude. Julien place sa division prussienne qui cherche à déborder la gauche française. Les français occupent le village qui servira de base pour arrêter une division prussienne et attirer le feu de leurs batteries.

 img3407.jpg   img3420.jpg

l’offensive prussienne se développe et les pièces de réserve se mettent à pilloner le village solidement tenu par les zouaves et les turcos de François alias Pacofeanor.

img3411.jpg  img3408.jpg

Pendant ce temps, la garde se place en réserve prête à bondir. La seconde divison plutôt que d’emprunter le chemin prévu cherche un autre guet pour se placer en 3ème renfort. Nous espèrons ainsi surprendre l’ennemi.  Pour trouver un nouveau guet, chaque régiment doit faire un 5 ou un 6 sur un dé à 6 faces.

1er jet = 6 ! les 5 jets suivants donnent 5,3,5,6,5. un miracle ! La division franchit la rivière et se déplace à vitesse stratégique derrière l’abri du rideau formé par la 1ère division. les tours suivants donneront 2 fois 6 sur le dé ce qui fera déplacer cette division à la vitesse de l’éclair avec une efficacité incroyable. Sur les photos ci-dessous, on s’aperçoit quel a garde française est encore placée derrière le village. Cela ne va pas durer car les français attendent sagement que le poisson morde à l’hameçon.

img3414.jpg  img3417.jpg

La division placée à droite du dispositif prussien essuie le tir d’une brigade de la 1ère division plus de la garde tout entière déployée en ligne. L’attaque amorcée à droite ne passera jamais. (pauvre Julien)

La cavalerie de la garde fait face à la cavalerie prussienne qui hésite. Le temps donné à l’artillerie dela garde pour délivrer un tir qui mettra en déroute un régiment de cuirassiers prussiens et en recul un uhlan. La force est désormais du coté français.

img3423.jpg  img3428.jpg

Sur les 2 photos ci-dessus, on voit la cavalerie française à droite et la seconde brigade de la garde qui s’est déployée et commence à descendre la colline vers la brigade prussienne de julien douloureusement meurtrie par le tir des 2 brigades de la garde. L’offensive prussienne est enrayée. L’attaque française se met en place. Il n’y a pas de troupes disponibles pour arrêter la garde. 

La division située à gauche des prussiens restera bizarrement très passive. Un ordre donné suffisamment tôt, à une des 2 brigades, aurait pu limiter la casse. Les prussiens ont réalisé excatement ce que l’état major français avait imaginé et le plan français a été accompli sans problème. Sommes nous bien en Second empire ?

Un scénario peut être un peu déséquilibré. Attaquer à POW en étant en sous nombre s’avère un peu suicidaire. Mais même en rajoutant une division prussienne, nous n’aurions probablement pas obtenu un résultat en faveur de prussiens en manque d’imagination et de réussite. Nul doute qu’ils auront leur revanche.

Un scénario qui donne la part belle aux mouvements stratégiques permis par POW. 

   

 

 

 

 

Publié dans partie 1870 03 janvier 2009 | 1 Commentaire »

VISITE AU SALON DE READING

Posté par jj19410 le 16 décembre 2008

Un périple en angleterre chez les rois du Hobby. Là bas tout est démesuré au niveau figurines. Les présentations sont inégales comme chez nous mais quelquefois, il nous proposent des choses incroyables comme cettte démo Asterix par exemple.

Je me rappelle d’une démo Star wars ou l’arbitre marchait dans la tranchée de l’étoile noire. Cela vous donne une idée de l’échelle du jeu !

reading4.jpg  reading3.jpg

 La vraie démesure réside dans le nombre des exposants vendeurs qui s’avère tout bonnement incroyable et la foule des acheteurs est dense. Dehors des groupes costumés. Un truc de dingue donc !

reading2.jpg   reading5.jpg

   reading1.jpg   reading7.jpg

 reading6.jpg

Francis et Hélène encadrant Benoit Blot du Plessis robinson.

 

 

 

Publié dans VISITE AU SALON DE READING | Pas de Commentaire »

FROESCHWILLER

Posté par jj19410 le 14 décembre 2008

Le Trophée Alexandre a essayé de prendre un thème par an. Ceci fut réalisé  notamment pour la bataille de Froeschwille de 1870. Rassemblant la grande collection de JP Counil, plus celle de JM Corée, D Roux, G Benatasse et moi même elle s’est avérée très impressionante.

Je vous laisse découvrir les photos de cet évenement.

froeschwiller7.jpg   froeschwiller5.jpg

froeschwiller6.jpg  froeschwiller4.jpg

froeschwiller3.jpg   froeschwiller2.jpg

froeschwiller1.jpg

Publié dans FROESCHWILLER | Pas de Commentaire »

Projet opération Varsity

Posté par jj19410 le 14 décembre 2008

Et voilà un nouveau projet qui s’ouvre. Faire quelques figurines de WWII. En tactique réduit, soit 1 fig = 1 homme réel. J’ai en commande la règle Frères d’armes. Et j’ai choisi pour thème l’opération Varsity qui me permet de mettre en scène des paras anglais et des allemands fin de guerre. Les plus belles figs étant des Foundry pour les paras et des crusader pour les allemands.

Cette opération qui consistait à sécuriser la rive opposée du rhin en Fev-mars 1945 a mobilisé plus de 20 000 paras anglais et américains. J’ai un article là dessus. La ville de Wesel qui constituait le point principal de passage du rhin a été copieusement bombardée et les photos d’époque nous montrent un paysage digne de Warhammer 40000. Impressionnant !

Voilà ci-dessous quelques eléments pour exemples.

  varsityvilledewesel.jpg  cartevarsity.jpg

varsity2paras.jpg   parasanglais.bmp

Je vous en dirai plus quand j’aurai avancé.

 

Publié dans Projet Varsity WWII | Pas de Commentaire »

démonstration à Paris – 1992

Posté par jj19410 le 11 décembre 2008

Voici les photos d’une démonstration à l’occasion d’une convention située à Paris. Celle ci s’est déroulée en 1992 et présentait des troupes de 1870. Hormis le fait que les protagonistes ont pris plus de 15 ans, je signale que cette partie a surement due être jouée avec la règle la dernière cartouche (règle développée par Angoulême qui nous avait été présentée par Frédéric Chauveau) ou avec sa déclinaison de Blanc-mesnil l’année terrible.

Je ne sais plus trop d’ailleurs laquelle fut la première et laquelle la seconde. Si quelqu’un peut m’éclairer là dessus, merci d’avance. Je me rappelle que ces règles avaient pour point commun une puissance incroyable de l’artillerie quand elle était employée en grande batterie. Aujourd’hui 1870 est jouée presque systématiquement avec POW.

  demoparis19923.jpg  demoparis19925.jpg

demoparis19924.jpg   demoparis19922.jpg

demoparis19921.jpg

Publié dans DEMO 1992 | 2 Commentaires »

DIVERSES PHOTOS

Posté par jj19410 le 10 décembre 2008

Il y a quelques photos qui méritent de figurer sans pour autant nécessiter un article très developpé. elles ont été sélectionnées car elles représentent un souvenir particulier pour moi ou pour ceux qui m’accompagnaient à l’époque.

Que des têtes de grognards, ma foi. Merci à eux pour tous ces moments privilégiés.

lagrandeequipe.jpg

La bataille de Leipzig. 110 joueurs, 10 000 figurines. Un souk incroyable (comme à l’époque), un casting de rêve.

JC Raguet et D mané, deux pontes de l’empire. 

 leipzig2.jpg

Un jour, l’amrée française nous a demandé de simuler une partie de Kriegspiel. nous aovns amené les figurines et eux nous avaient équipés.  De droite à gauche F Rodier, L Claussman, moi même. On était beaux et fiers !

demoarmee1914.jpg

 Hommage aux épouses qui supportent nos excentricités et tiennent les buvettes.

 trophee199132.jpg

 

Publié dans DIVERSES PHOTOS | Pas de Commentaire »

123
 

tichlolu |
Le monde du jeu en ligne |
mangastrinity |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dofz
| Poker's generation
| jobiwanps3